Forum PlanetGong

Le précédent forum PlanetGong avait plutôt bien marché, avant que son hébergeur ne nous ferme la porte. Nouvelle tentative un an après
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  Planetgong.frPlanetgong.fr  Mauvaise Foi RecordsMauvaise Foi Records  

Répondre au sujet
Partagez | 
 

 (presque) même pas honte

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant
AuteurMessage
Urizen
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4202
Localisation : Bretagne
Humeur : Happy When It Rains
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: (presque) même pas honte   Jeu 13 Jan - 12:12

Bon, quand faut y aller faut y aller, alors là je vais faire fort, plus fort qu’avec les Bérus et RATM réuni, je vais taper dans le plouc, mais alors le ploucissime ; Gilles Servat Cool

Gilles Servat, c’est le Georges Brassens de l’île de Groix, le Jean Ferrat des Monts d’Arrée, que dis-je, le Bernard Lavilliers de Bazouges-la-pérouse. Gilles Servat, c’est le mec qu’on range sans la moindre hésitation dans la catégorie de la farce historique, de la réaction de bas étage, du « plouc en folklorique costume ».

Pourtant, Servat, si l’on veut bien lui prêter une oreille, c’est peut-être un peu tout ça, mais pas que.

Déjà, c’est un mec qui a des textes, des vrais, et pour briser le premier lieu commun, si Servat n’est pas plus Breton en fait que Poivre-d’Arvor, malgré sa célébration régionale un peu trop systématique et irritante, on lui reconnaîtra beaucoup moins d’indulgence pour les clichés breizhou les plus crétins :

« Le jour de l'inauguration/Y avait des ministres bretons / Marcelin et son Penn-baz /Et pleven en bragoù-bras / Voilà les touristes qui viennent / Manger des crêpes en auto / Y causeront aux indigènes / Y sauront dirent "kenavo" / Les p'tites parisiennes en short / Viendront danser la gavotte / Et donneront des cacahuètes / Aux bretons en botoù-koad : Y z’ont des chapo ronds, breton typiques » (in « Les Bretons Typiques »)

Par ailleurs, si l’on exclu le régionalisme a deux franc six sous, Servat c’est avant tout un chanteur de gauche, gentiment cliché, a classer entre le Ferrat de « Potemkine » et le Renaud de « Camarade Bourgeois », effectivement, tout ça sonne terriblement passé, avec son vocabulaire de lutte des classes et son implacable rhétorique marxiste, mais je ne peut pas m’empêcher de trouver un charme désuet aux morceaux de ce tonneau :